CADIMA PATHÉ est un spécialiste international, reconnu et recherché, du commerce de l'ambre.


Historique & origine :

L'ambre gris est une sécrétion pathologique de l'intestin du cachalot Physeter Catodon, irrité par l'ingestion des becs de poulpes et de calmars, alimentation principale du cachalot, qu'on ramasse le long des plages tropicales et subtropicales.

Il est constitué à 90% d'ambréïne, dérivé du cholestérol.

Dans l'intestin, c'est une sécrétion noire, semi-visqueuse et d'odeur nauséabonde. Au contact de l'air et de la lumière, elle s'oxyde vite et durcit, se transformant en une substance agréablement aromatique, marbrée, grisâtre, cireuse et transparente, où les becs sont encore intégrés. Une fois chauffée, cette sécrétion produit un arôme très agréable, doux et terreux.

On l'utilisait dans L'Antiquité comme fixateur des parfums rares ; en effet, l'ambre gris a la faculté de prolonger l'odeur des parfums.

1000 ans avant Jésus Christ, les Chinois l'appelaient "le parfum du crachat du dragon" (provenant de la salive des dragons dormant sur les rochers côtiers).

A la même époque, les Arabes l'utilisaient comme médicament dans le traitement des pathologies cardiaques et cérébrales. Ils pensaient que l'ambre gris provenait de sources côtières, il en était de même pour les Grecs.

On a longtemps cru que l'ambre gris et l'ambre jaune avaient la même origine : les fonds marins.

Marco Polo fut le premier à l'associer aux cachalots, mais en tant que régurgitations des limons avalés dans les profondeurs océanes.

Ce sont les Docteurs Schwediawer et Banks qui l'identifièrent, en 1783, comme une production pathologique de l'intestin des cachalots malades, en l'associant aux becs de seiches et de poulpes ingérés.

En 1820, Carrenter et Pelletier, deux chimistes français, isolèrent, caractérisèrent et nommèrent "ambréïne" l'ingrédient principal parfumant de l'ambre gris.

Depuis, il y a un grand marché de recherche de composés chimiques au parfum très proche de celui de l'ambre gris. Ce sont tous des terpènes labdanoïdes, retrouvés dans une grande variété de plantes.

Le traité de Washington et les actions de protection des mammifères marins surveillent le commerce de l'ambre gris depuis des années. Il est cependant interdit dans certains pays européens et aux Etats-Unis d’Amérique.

Une masse de 130 kgs d'ambre gris fut trouvée dans les atolls de Vannatu, dans le Pacifique, en 2004 et ce fut Cadima Pathé qui en assura la vente.


Vous souhaitez acheter ou revendre de l'Ambre ?  contactez-nous